Archives de catégorie : Sociologie de l’entreprise

Formes et moyens d’action des organisations patronales dans la sphère publique

Appel à contribution pour un colloque à venir  les 21 et 22 juin 2012 :

Le programme de recherche sur les organisations patronales (2010-2014) porte sur un sujet partiellement exploré.  En effet, des juristes dès la fin du XIXe siècle, plus récemment des politistes, des économistes (économie des organisations) et des sociologues (sociologie des organisations) ont analysé des aspects particuliers de cette question, sociabilité des élites, groupes de pression, action collective des élites économiques, etc.. Des historiens se sont intéressés à l’histoire de l’entreprise, des politiques économiques et des institutions économiques. Des études internationales ont été menées sur la représentation patronale, sur les pratiques de gestion de main-d’œuvre. Mais l’étude historique des organisations patronales en tant qu’organisation, de plus dans une perspective comparative au niveau européen, reste un terrain encore relativement vierge, mis à part quelques recherches récentes.

Lire la suite : http://calenda.revues.org/nouvelle21388.html

Pratiques de recherche sur des univers professionnels : Enquêtes, analyse des données, écriture sociologique

Séminaire de recherche proposé par le Centre de sociologie européenne, EHESS, à partir du 29 février 2012 :

En s’appuyant sur des enquêtes de terrain réalisées dans des milieux variés (police, prison, armée, journalisme, école, etc.), ce séminaire cernera les difficultés spécifiques aux recherches sociologiques menées dans des univers professionnels différents. Comment le sociologue pénètre-t-il un milieu professionnel et s’immerge-t-il dans un univers parfois très éloigné du sien ou au contraire très proche ? Pourquoi et de quelles manières doit-il réunir des données à la fois sur les pratiques et les discours des agents ainsi que sur leurs trajectoires biographiques ? Comment, par l’analyse relationnelle, peut-il comprendre les logiques propres à chaque milieu enquêté ? Et finalement quelles sont les techniques d’écriture de la recherche ?

Lire la suite : http://cse.ehess.fr/document.php?id=1314

Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France

Note de lecture de Frédérique Giraud, « Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 octobre 2011 :

Savez-vous ce que gagne un grand patron ? Le P-DG d’une grande société française ? Ces questions posées par Philippe Steiner donnent le ton de l’essai qu’il publie chez Zones. Son titre, Les rémunérations obscènes, suffisait déjà à en signaler la teneur. Le terme « obscène » est emprunté par l’auteur à Barack Obama dans son « Discours sur l’état de l’Union » du 14 janvier 2010, dans lequel il fustigeait par ce terme les bonus du monde de la finance. Celui-ci a été volontairement choisi par Philippe Steiner pour la « part de violence verbale » (p. 8) qu’il renferme. Les rémunérations obscènes c’est un peu le « Livre noir des inégalités de salaire et de revenu », un état des lieux argumenté et détaillé de l’augmentation des hauts, très hauts revenus que connaît la France depuis ces dernières années. Le dernier chapitre « L’emballement inégalitaire » dresse un état des lieux des inégalités en s’appuyant notamment sur les travaux de Thomas Piketty et de Camille Landais. Si sur le long terme les inégalités de revenu et de patrimoine diminuent, les très hauts revenus (premier centile de revenus) n’en finissent pas d’augmenter. La part des revenus concentrée dans les mains du 1 % des plus riches augmente.

Lire la suite : http://lectures.revues.org/6563

La fabrique des managers : identités et rapports aux savoirs

CRISTOL Denis. La fabrique des managers : identités et rapports aux savoirs. Thèse de doctorat en sciences de l’éducation, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2010 :

Cette thèse a pour objet d’explorer la fabrique des managers, en tant qu’expérience sociologique. La méthode d’investigation s’appuie sur les récits de vie et de formation de 39 managers et sur une étude en ligne auprès de 563 managers et s’inscrit dans les perspectives macro, méso et micro (A).Cette fabrique se situe dans le contexte d’une managérialisation qui affecte l’ensemble des rapports sociaux. Au cours de ces changements de repères, la « figure » des managers tend à s’idéaliser, se préciser et vient concurrencer la figure française des cadres. Les modalités de fabrique des managers sont examinées au regard de leur éducation, de leur développement par la carrière, par apprentissages organisationnels et par la formation continue. Ces différentes modalités sont insuffisantes pour expliquer le développement des compétences humaines requises par la fonction de manager. C’est essentiellement par des apprentissages informels en situation que les managers développent des pratiques autodidactes et apprennent leur « métier » (B).Les processus, soulignés dans la thèse, relèvent de la fabrique socio-anthropologique, statutaire et rituelle, relationnelle, sociale, bio-historique, axiologique, sociocognitive, identitaire et émotionnelle (C). La thèse étaye l’idée d’un manager qui émerge de processus de maturation plutôt que d’un manager inné, exclusivement doué de capacités singulières. La contribution principale est la mise en évidence des liens entre rapport aux savoirs et identités pour les trajectoires variés de managers issus de l’enseignement supérieur de la formation continue, de formation en alternance ou de la Validation des Acquis de l’Expérience (D).

http://www.inrp.fr/vst/Recherches/DetailThese.php?these=1288

Informaticiens en batterie

 

 

 

 

 

 

Article de Nicolas Sené, paru dans Le Monde diplomatique, mai 2011, consultable en ligne :

Dans le secteur de l’informatique, l’appellation générique d’« ingénieur » recouvre toute une palette de métiers. Au cours des années 1970, des sociétés de conseil en informatique (SCI) voient le jour pour accompagner la numérisation qui se met en place avec les premiers ordinateurs, et des métiers spécifiques apparaissent : programmateur, pupitreur, programmeur système, analyste, chef de projet (1). Les années 1980 marquent l’hégémonie de l’informatique d’entreprise associée à l’argent roi. Les SCI se transforment en sociétés de services en ingénierie informatique (SSII), alliant technologie et rentabilité financière.

Lire la suite : http://www.monde-diplomatique.fr/2011/05/SENE/20458

« Entreprises pressées, salariés sous pression : faites une pause ! »

Journée de débat organisée par l’Executive master sociologie de l’entreprise et stratégie de changement de Sciences Po, le jeudi 5 janvier 2012 :

Il est temps de faire une pause. Une pause pour interpeller les politiques d’entreprises marquées par l’urgence et la course à la performance. Une pause pour partager des réflexions, des savoirs et des pratiques qui permettent de repenser le lien social dans l’entreprise et d’élaborer des alternatives aux recettes de gestion et de management qui dominent le travail contemporain.A l’occasion des 20 ans de l’Executive master Sociologie de l’entreprise et stratégie de changement de Sciences Po, venez débattre de ces alternatives possibles. Une quinzaine d’ateliers-forums thématiques permettront aux participants de confronter leurs expériences et leurs questionnements. Ce temps de pause est ouvert à tous les acteurs qui cherchent des espaces de ressourcement intellectuel, de confrontation et d’enrichissement, pour réinterroger leurs pratiques professionnelles. Des experts aux simples curieux, chacun est invité à contribuer et à s’exprimer pour repenser l’entreprise de demain…

Lire la suite : http://www.pause-laconference.fr

Economie sociale et solidaire : Pour une justice sociale mondiale ?

Appel à auteur pour un hors-série de la revue le Sociographe :

Ce serait une gageure de dire que les principes de l’économie sociale et solidaire se développent au-delà des réseaux militants pour inspirer les systèmes capitalistes. Mais aujourd’hui, la suprématie de l’économique et du financier sur les échiquiers national, européen et mondial, interroge l’économie humaine qui pourrait émerger et la défloraison possible des valeurs associées. Si l’économie sociale compense, complète, conteste les politiques de l’État-providence et celles des systèmes socio-économiques, elle se confronte aujourd’hui à une autre forme de gouvernance. Le sentiment s’installe que l’économique régule le social en faisant appel au politique. « Nous assistons à un changement de paradigme au travers du passage de l’État-providence à la société-providence, au sein de laquelle l’État n’est plus qu’un investisseur social » (1). Comment penser une justice sociale à la fois régionale, nationale, européenne et mondiale ? Comment inscrire durablement des actions entrepreneuriales socialement responsables sur des territoires locaux ? Le territoire demeure-t-il une opportunité pour le champ de l’économie sociale ?

Lire la suite de l’appel : Sociographe_appel_Eco_HS5

Le Même et l’Autre comme objets de management : perspectives sur le lien entre éthique et identité à partir du cas des pratiques de connaissance client (KYC)

Intervention de Mar Peretz le mercredi 7 décembre 2011 dans le cadre du séminaire de l’Association d’Études Sociales de la Finance (SSFA-AESF) :

Le séminaire de recherche de l’Association d’Études Sociales de la Finance (AESF-­‐SSFA) est un lieu où sont discutées des études scientifiques interdisciplinaires sur le monde de la finance. Le séminaire a lieu les mercredi de 18h à 20h, au Centre Maurice Halbwachs (ENS, 48 bd Jourdan, Paris 14ème), dans la salle de réunion (bâtiment B, 2ème étage).

Consulter le programme : http://ssfa.free.fr/hoprubrique.php?id_rub=31

Management : entre art, utopie et pratiques ? Une science en évolution dans un monde en mutation

Programme des Journées du Management, 17 et 18 octobre 2011, Paris, Cnam :

L’économie et gestion organise en octobre prochain ses premières journées du Management. Lors de ces journées, des universitaires de renom seront invités à débattre des nouvelles pratiques managériales en période de profondes mutations.  La revue Économie et Management s’associe pleinement à cette initiative qu’elle soutient et dont elle vous rapportera le déroulement s’il ne vous a pas été possible d’assister aux conférences et de participer aux tables rondes.

Voir le programme :  http://www.ac-paris.fr/portail/jcms/pre1_428668/programme-des-journees-du-management-octobre-2011